7 février 2012 à 19h : pic historique de consommation d’électricité française à 100 500 MW

Invité : Jean Paul Roubin directeur du dispatching national, RTE
pic-consommation-electricite-france-hiver-froid-historique 100 500 MW

Courbe éco2mix - 7 février 2012 - pointe de consommation d'électricité française


Ce mardi 7 février 2012 à 19h, la consommation d’électricité en France atteint un maximum historique de 100 500 MW (MégaWatts). Ce nouveau pic de consommation dépasse le précédent à 96 710 MW, atteint le 15 décembre 2010.
> A voir en vidéo depuis le dispatching national de RTE, et à suivre grâce à éCO2mix…

Le passage de la pointe en vidéo, depuis le dispatching national avec Jean-Paul Roubin, directeur du dispatching national de RTE :

Avec éCO2mix : suivez en continu, l’évolution de la consommation d’électricité française sur le site Internet de RTE ou sur votre i-phone.

En savoir plus sur la consommation d’électricité française en hiver :

Partager l'information :
 

20 commentaires pour “7 février 2012 à 19h : pic historique de consommation d’électricité française à 100 500 MW”

  1. Bonjour. Les site RTE est très intéressant mais je n’ai pas compris le manque d’information sur un des postes de production. Il est indiqué “Autres production” pour environ 6000 MW soit l’équivalent de la production hydraulique. Pourquoi cette absence de précision sur l’origine de cette production à un tel niveau ?
    Cordialement;

    [Répondre]

    Bonsoir,

    Cela représente un certain nombre de groupes de production décentralisée répartis de manière diffuse sur le territoire, qui utilisent des sources d’énergie primaire variées pour produire de l’électricité(cogénérations, incinération d’ordures ménagères, géothermie, photovoltaïque en journée, biogaz, biomasse, moyens de production de sites industriels …).

    Souvent de petite ou moyenne puissance (de quelques kW à 100 MW maximum), ils constituent un volume malgré tout non négligeable.

    La réponse se trouve peut-être là : “La rubrique “Autres” concerne les moyens de production raccordés au réseau de distribution pour lequels il n’est pas possible, comme sur le réseau de transport de RTE, d’effectuer une télémesure. Il s’agit donc d’une estimation. Cela concerne les productions sous régime d’Obligation d’Achat, les cogénérations et autres productions thermiques dites diffuses.”

    La rubrique “Autres” concerne les moyens de production raccordés au réseau de distribution pour lequels il n’est pas possible, comme sur le réseau de transport de RTE, d’effectuer une télémesure. Il s’agit donc d’une estimation. Cela concerne les productions sous régime d’Obligation d’Achat, les cogénérations et autres productions thermiques dites diffuses.

    Bonjour à tous, et merci de vos réponses.
    Effectivement, la rubrique « Autres » de éCO2mix regroupe l’ensemble des productions françaises non classées dans les autres rubriques. C’est-à-dire :
    -toutes les productions qui ne peuvent pas être télé-mesurées par le réseau de transport
    -toutes les productions électriques autonomes
    -toutes les productions par cogénération (hors éolien)
    -tous les petits moyens de production hydraulique, ayant une tension comprise entre 1 000 et 50 000 volts inclus.

    Le total de la rubrique « Autres » est une estimation. En absence de mesures exactes, il est difficile de proposer la répartition précise de ces différents moyens de production.
    Julie

  2. Bonjour,
    et un record atteint… triste record en fait… car cela signifie que malgré tous les efforts (encore très insuffisant) sur les nouveaux logements en terme énergétique et l’amélioration des anciens, on n’est pas capable de se satisfaire de l’énorme production actuelle française. Les efforts sont à faire pour mieux sensibiliser les personnes et les entreprises : aujourd’hui, par exemple, malgré tous les messages télé ou radio, on pouvait constater toutes les lumières allumées toutes la journée (il faut grand soleil ici) dans les bureaux, tous les lampadaires (un sur deux aurait suffit ?) bien allumé à 19h,…
    Bref, on a encore tous des efforts à faire : prenons nous en main !
    Bonne soirée,
    FB

    [Répondre]

  3. Ancien cadre de la Production thermique, puis de la Production Nucléaire, je m’étonne du nombre d’indisponilités fortuites actuelles, qu’elles soient thermiques ou hydrauliques.
    Tous les groupes n’étant pas “sur le pont” l’importation est forte, or la vague de froid touche nos voisins, ont-ils un tel sur équipement qu’ils puissent ainsi nous alimenter ? A quel prix du MWh ?

    [Répondre]

    Ce qu’on ne sait pas c’est quelle est la part d’exports réalisée sur la production globale (s’il y a eu exports mais je suppose que oui).

    A2,
    Le solde des échanges français est la somme du solde des échanges sur chacune de nos six frontières (on parle alors du “solde commercial”). Certaines frontières peuvent ainsi rester exportatrices malgré un bilan France importateur. Frontière par frontière, le solde est le bilan entre les exports et les imports commerciaux décidés par les acteurs des marchés de l’électricité. Vous pouvez consulter les données détaillées du solde imports/exports France et par frontières à l’adresse : http://clients.rte-france.com/lang/fr/visiteurs/vie/interconnexions/all_histo/capa_bilan.jsp.
    En ce qui concerne la gestion des flux physiques, et plus globalement du réglage en temps réel de l’équilibre physique entre l’offre et la demande (Production + Imports = Consommation + Exports), dont RTE est responsable, seul le solde des échanges commerciaux est pris en compte.
    Ainsi, le niveau de la production démarrée est calé sur le solde des échanges commerciaux.

    Le 7 février 2012, à la pointe du soir, au total, la France n’a pas exporté d’électricité. Elle a réellement importé au total : 7 350 MW.

    Julie

    nb. / plus d’explications sur la différence entre échanges physiques et commerciaux : http://www.audeladeslignes.com/echanges-contractuels-physiques-electricite-europe-difference-12943 ).

    Pour les importations, il faut savoir que les 65 millions de français sont responsables de la moitié du pic européens. En d’autre terme, nos voisins étant moins sensibles que nous à la baisse des températures, ils peuvent nous vendre leurs surplus.

    A quel prix ? C’est une excellente question Louis! Parce que la réponse est poilante: le pic de conso a correspondu à un pic sur le marché à un plus haut à 155 euros le MWh. Un plus haut depuis deux ans et le dernier pic! A ce prix là nos voisins seraient bien bêtes de ne pas nous vendre.

    Bonjour,
    A propos du prix de l’électricité en particulier, nous pouvons apporter quelques précisions. Le prix du MWh dépend de l’offre et de la demande des différents acteurs sur le marché européen de l’électricité. Pour le 7 février 2012, le prix moyen était de 129,56€/MWh avec un maximum entre 18h et 19h à 342.98€/MWh. Cette valeur a été la plus élevée depuis le 19 octobre 2009.
    Les prix journaliers de l’électricité sont publics et consultables sur :
    http://www.epexspot.com/en/market-data/auction/auction-table/2012-02-10/FR
    Concernant les indisponibilités fortuites des moyens de production, nous vous invitons à consulter la page suivante :
    http://clients.rte-france.com/lang/fr/visiteurs/vie/prod/arrets_fortuits.jsp
    @bientôt
    Julie

  4. Le depassement des 100,000 MW avait ete prevu dans un article que j’avais publie dans Le Cercle des Echos en Juin 2010. L’article parle aussi des hivers a venir qui vont probablement poursuivre cette demande vers le refroidissement en hiver et l’augmentation correlee du pic de consommation.
    Voir ce lien: http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/221135773/energie-avons-affronter-hivers-a-venir

    [Répondre]

    Merci de cet article et de votre intérêt pour ces questions.
    vous citez à juste titre le bilan prévisionnel de RTE comme source, afin de montrer la “corrélation entre la consommation électrique et la température en France”.
    RTE (Reseau Transport Electricité) est le gestionnaire de réseau de transport d’électricité en France. C’est une société anonyme, filiale de EDF, dont l’activité est indépendante. Nous vous invitons à consulter ces pages web décrivant statuts et missions pour que la dénomination sociale RTE soit bien utilisée : http://www.rte-france.com/fr/nous-connaitre/qui-sommes-nous/statuts-gouvernance-organisation-de-rte/les-statuts
    Les informations que vous proposez sont très intéressantes, et nous vous proposons une précision concernant la sensibilité au froid du système électrique français. A l’heure actuelle, en hiver, à chaque degré Celsius de moins, nous consommons 2 300 MW en plus.
    Toutes les précisions sont dans le bilan prévisionnel 2011 de RTE, qui est paru en juillet dernier : http://www.rte-france.com/uploads/Mediatheque_docs/vie_systeme/annuelles/bilan_previsionnel/bilan_complet_2011.pdf

    Vous pouvez aussi lire ce billet blog : http://www.audeladeslignes.com/hiver-1%C2%B0c-2-300-megawatts-11706

    A votre disposition pour toute précision et à très bientôt en ligne,
    Julie

  5. 500 TWh en 2010, 100.5GW de pointe hier le 7/02/12, des prévisions “à une chance sur 10″ à 108GW en 2020… vivement linky et la tarification dynamique.

    [Répondre]

  6. Le delta pic 2010/pic 2012 est de 3760 MW soit 4 X tranches du palier 900 (j’habite à 10 km du CNPE Chinon), ou plus de 2 EPR, c’est énorme.
    Si on regarde les vitines d’agences immobilières, il n’est pas sûr que l’on trouve une maison d’indice énergétique “A”, parfois un ou deux “B” le gros de la troupe est “E”.On y lit donc un gisement énergétique immense.Je loue un pavillon “E”, les doubles cloisons sont froides au toucher,l’ensemble ouvert cuisine/coin repas/séjour peine à maintenir 19°C avec -6°C dehors.Appareils sous tension 1 réfrigérateur (ne tourne pas avant et après comptage), 1 télé(100 W), 1 PC (mesures perso 170 W)et le chauffage ci-dessus + 2 chambres (réglage 17°C) mon Lincky (eh oui je suis dans le panel d’essai) reste 5 à 10 s à 5500VA, puis 30 s à 9500 VA, revient 20 s à 7200 VA , et remonte.Soit environ 7,9/8 kW en permanence de puissance de chauffe, or si je me réfère aux documents ErDF, cette surface du pavillon devrait être équipé de 7,85 kW !Je suis donc en ce moment et depuis le début de ce froid au maximum possible de consommation. le même pavillon avec les normes post 2000 aurait 2,400 kW de chauffe installés, soit une conso divisée par 3 !
    Seulement la consommation n’est pas aux frais du propriétaire, seule une loi pourrait le contraindre à isolation (extérieure)nos candidats président sont-ils prêts à la faire voter ?

    [Répondre]

    voici une page d’information sur la “Réglementation thermique 2012″, qui pourra peut-être vous intéresser : http://www.plan-batiment.legrenelle-environnement.fr/index.php/actualites-du-plan/grands-dossiers/121-comprendre-la-reglementation-thermique-2012
    julie

    Bonjour Baudeloche, Justin et Wareika,
    En particulier lors des deux précédentes pointes de mardi et mercredi, la France a importé de l’électricité à toutes ses frontières pour répondre à ses besoins en électricité. Ceux-ci étaient alors assez importants car le système électrique français est très sensible aux basses températures (à chaque degré celsius de moins, la France consomme 2 300 MW en plus).
    Les pays voisins, eux, sont moins électro-sensibles au froid : http://www.audeladeslignes.com/froid-consommation-electricite-europe-12928.
    En fait, leur consommation d’électricité est également sensible aux basses températures mais ce sont d’autres énergies qui sont alors sollicitées (énergies fossiles ou renouvelables). Par ailleurs, la disponibilité de leurs moyens de production ces derniers jours, leur a permis d’exporter vers d’autres pays.
    Enfin, plus globalement, la pointe de consommation d’électricité journalière des autres pays n’est pas la même qu’en France (ex : en hiver, à 18h en Allemagne et Grande-Bretagne vs à 19h en France). Ceci s’explique entre autres, par les différences de mode de vie (ex : en Allemagne, on dîne plus tôt qu’en France) et le décalage horaire (ex : 1h entre la Grande-Bretagne et la France).
    Ainsi, les pays voisins n’ont pas nécessairement les mêmes besoins au même moment. Ils peuvent proposer de l’électricité à l’export quand la France en a le plus besoin, et inversement.
    A l’échelle international, les échanges permettent de mutualiser et d’optimiser les ressources produites, et de répondre aux besoins des uns et des autres à tout instant au meilleur prix.

    Julie

  7. Une chose me dérange sur la présentation des données.
    Nous parlons ici de production et non de consommation d’électricité.
    Ce qui n’est absolument pas la même chose !
    Les pertes en ligne selon le mode de production et le rendement du réseau selon la puissance injectée n’est pas abordées… Ce qui est très dommage, parce fort intéressant !
    Nous découvrions alors l’abération du mode de production Française !

    [Répondre]

  8. J’aurai aimé que RTE communique plus sur le déficit en lignes THT de certaines régions que sur le fait de battre un nouveau record de consommation.
    Il est en effet important, me semble t-il, que nos concitoyens (et les politiques) comprennent l’importance des lignes électriques au même titre qu’ils comprennent celle des autoroutes ou celle des voies ferrées.

    [Répondre]

    Bon, je présume que Julie est en vacance cette semaine et ne peux nous répondre dans l’immédiat…

Laissez un commentaire

Les commentaires sont visibles après validation. Quant au contenu des commentaires (véracité, objectivité ...), il n'engage que leur auteur.

> Respectez la charte des commentaires

Copyright © 2009 - RTE - Contact - Mentions légales